Les technologies et le livre pour tous

Les technologies et le livre pour tous
Author: Lebert Marie
Title: Les technologies et le livre pour tous
Release Date: 2008-10-26
Type book: Text
Copyright Status: Copyrighted. Read the copyright notice inside this book for details.
Date added: 25 March 2019
Count views: 18
Read book
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 14

Project Gutenberg's Technologies et livre pour tous, by Marie Lebert

This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and withalmost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away orre-use it under the terms of the Project Gutenberg License includedwith this eBook or online at www.gutenberg.org

** This is a COPYRIGHTED Project Gutenberg eBook, Details Below **** Please follow the copyright guidelines in this file. **

Title: Technologies et livre pour tous

Author: Marie Lebert

Release Date: March 14, 2009 [EBook #27047]

Language: French

*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK TECHNOLOGIES ET LIVRE POUR TOUS ***

Produced by Al Haines

TECHNOLOGIES ET LIVRE POUR TOUS

MARIE LEBERT

Nouvelle version

NEF, University of Toronto, 2008

Copyright © 2008 Marie Lebert

——-

Du Projet Gutenberg en 1971 à l'Encyclopedia of Life en 2007, 38 étapesavec résumé et description plus détaillée. Ce dossier est disponibleaussi en anglais, avec un texte différent. Les deux versions sontdisponibles sur le NEF<http://www.etudes-francaises.net/dossiers/technologies.htm>.

——-

Marie Lebert, chercheuse et journaliste, s'intéresse aux technologiesdans le monde du livre, des autres médias et des langues. Elle estl'auteure des ouvrages Les mutations du livre (2007) et Le Livre 010101(2003). Tous ses livres et dossiers sont publiés par le NEF (Net desétudes françaises), Université de Toronto, et sont librementdisponibles en ligne sur le NEF <http://www.etudes-francaises.net>.

——-

Ce dossier doit beaucoup à toutes les personnes ayant accepté derépondre à mes questions, dont certaines pendant plusieurs années. Laplupart des entretiens sont disponibles sur le NEF<www.etudes-francaises.net/entretiens/index.htm>.

——

TABLE

Introduction

1968: ASCII 1971: Projet Gutenberg 1974: Internet 1977: UNIMARC 1984: Copyleft 1990: Web 1991: Unicode 1993: Online Books Page 1993: Format PDF 1994: Premier site de bibliothèque 1994: Des titres gratuits / payants 1995: Amazon.com 1995: Presse en ligne 1996: Palm Pilot 1996: Internet Archive 1996: Enseignement et internet 1997: Publication numérique 1997: Dictionnaires en ligne 1997: Convergence multimédia 1998: Gallica 1998: Bibliothécaires numériques 1998: Web multilingue 1999: Format Open eBook 1999: Auteurs numériques 2000: yourDictionary.com 2000: Bible de Gutenberg en ligne 2000: Distributed Proofreaders 2000: Public Library of Science 2001: Wikipedia 2001: Creative Commons 2002: Cours du MIT gratuits 2004: Projet Gutenberg Europe 2004: Google Books 2005: Open Content Alliance 2006: WorldCat gratuit 2007: Citizendium 2007: Encyclopedia of Life

INTRODUCTION

Michael Hart fonde le Projet Gutenberg en 1971. Il écrit en 1998: "Nousconsidérons le texte électronique comme un nouveau médium, sansvéritable relation avec le papier. Le seul point commun est que nousdiffusons les mêmes oeuvres, mais je ne vois pas comment le papier peutconcurrencer le texte électronique une fois que les gens y sonthabitués, particulièrement dans les établissements d'enseignement."(entretien du NEF)

Tim Berners-Lee invente le web en 1990. Il écrit en 1998: "Le rêvederrière le web est un espace d’information commun dans lequel nouscommuniquons en partageant l’information. Son universalité estessentielle, à savoir le fait qu’un lien hypertexte puisse pointer surquoi que ce soit, quelque chose de personnel, de local ou de global,aussi bien une ébauche qu’une réalisation très sophistiquée. Deuxièmepartie de ce rêve, le web deviendrait d'une utilisation tellementcourante qu'il serait un miroir réaliste (sinon la principaleincarnation) de la manière dont nous travaillons, jouons et nouons desrelations sociales. Une fois que ces interactions seraient en ligne,nous pourrions utiliser nos ordinateurs pour nous aider à les analyser,donner un sens à ce que nous faisons, et voir comment chacun trouve saplace et comment nous pouvons mieux travailler ensemble." (The WorldWide Web: A very short personal history)

here was a second part of the dream, too, dependent on the web being sogenerally used that it became a realistic mirror (or in fact theprimary embodiment) of the ways in which we work and play andsocialize. That was that once the state of our interactions was online, we could then use computers to help us analyse it, make sense ofwhat we are doing, where we individually fit in, and how we can betterwork together."

John Mark Ockerbloom crée l'Online Books Page en 1993. Il écrit en1998: "Je me suis passionné pour l’énorme potentiel qu’a l’internet derendre la littérature accessible au plus grand nombre. (…) Je suistrès intéressé par le développement de l’internet en tant que médium decommunication de masse dans les prochaines années. J’aimerais aussirester impliqué dans la mise à disposition gratuite de livres surl’internet, que ceci fasse partie intégrante de mon activitéprofessionnelle, ou que ceci soit une activité bénévole menée sur montemps libre." (entretien du NEF)

Voici le voyage virtuel que nous allons suivre:

1968: Le code ASCII est le premier système d'encodage informatique. 1971: Le Projet Gutenberg est la première bibliothèque numérique. 1974: L'internet prend son envol. 1977: L'UNIMARC est créé en tant que format bibliographique commun. 1984: Le copyleft est une adaptation du copyright pour les logiciels. 1990: Le web fait ses débuts. 1991: L'Unicode est un système d'encodage universel pour toutes les langues. 1993: L'Online Books Page est le premier répertoire de livres gratuits. 1993: Le format PDF est lancé par Adobe. 1994: Le premier site de bibliothèque est mis en ligne. 1994: Les éditeurs utilisent le web comme outil de marketing. 1995: Amazon.com est la première grande librairie en ligne. 1995: La grande presse se met en ligne. 1996: Le Palm Pilot est le premier assistant personnel. 1996: L'Internet Archive est créée pour archiver le web. 1996: De nouvelles méthodes d'enseignement sont à l'étude. 1997: L'édition en ligne commence à se généraliser. 1997: Des dictionaires sont mis en ligne gratuitement. 1997: La convergence multimédia est le sujet d'un colloque. 1998: Gallica est le secteur numérique de la Bibliothèque nationale de France. 1998: Le web devient multilingue. 1998: Les bibliothécaires numériques font carrière. 1999: L'Open eBook (OeB) sera le format standard des livres numériques. 1999: Certains auteurs se mettent au numérique. 2000: yourDictionary.com est créé en tant que portail pour les langues. 2000: La Bible de Gutenberg est mise en ligne. 2000: Distributed Proofreaders oeuvre pour le Projet Gutenberg. 2000: La Public Library of Science (PLoS) lancera des revues scientifiques gratuites. 2001: Wikipedia est la première grande encyclopédie collaborative. 2001: La licence Creative Commons rénove le droit d'auteur sur le web. 2003: Le MIT OpenCourseWare met les cours du MIT à la disposition de tous. 2004: Le Projet Gutenberg Europe débute une bibliothèque multilingue. 2004: Google Print laisse la place à Google Books. 2005: L'Open Content Alliance (OCA) lance une bibliothèque universelle publique. 2006: Le catalogue collectif WorldCat devient gratuit. 2007: Citizendium promeut une encyclopédie collaborative "fiable". 2007: L'Encyclopedia of Life répertoriera toutes les espèces végétales et animales.

[La plupart des citations sont des extraits des Entretiens du NEF.]

1968: ASCII

[Résumé]

Publié par l’ANSI (American National Standards Institute) en 1968, auxdébuts de l'informatique, avec actualisation en 1977 et en 1986, lecode ASCII (American standard code for information interchange) est uncode standard de 128 caractères traduits en langage binaire sur septbits (A est traduit par "1000001", B est traduit par "1000010", etc.).Les 128 caractères comprennent 33 caractères de contrôle (qui nereprésentent donc pas de symbole écrit) et 95 caractères imprimables:les 26 lettres sans accent en majuscules (A-Z) et minuscules (a-z), leschiffres, les signes de ponctuation et quelques symboles, à savoir lestouches du clavier anglais ou américain. L'ASCII permet donc uniquementla lecture de l’anglais et du latin. Par la suite, des variantes del’ASCII (norme ISO-8859 ou ISO-Latin) prennent en compte les caractèresaccentués de quelques langues européennes. La variante pour le françaisest définie par la norme ISO 8859-1 (Latin-1).

[En détail]

Le premier système d'encodage informatique est l’ASCII (Americanstandard code for information interchange). Publié par l’AmericanNational Standards Institute (ANSI) en 1968, avec actualisation en 1977et 1986, l'ASCII est un code standard de 128 caractères traduits enlangage binaire sur sept bits (A est traduit par "1000001", B esttraduit par "1000010", etc.). Les 128 caractères comprennent 33caractères de contrôle (qui ne représentent donc pas de symbole écrit)et 95 caractères imprimables: les 26 lettres sans accent en majuscules(A-Z) et minuscules (a-z), les chiffres, les signes de ponctuation etquelques symboles, le tout correspondant aux touches du clavier anglaisou américain.

L'ASCII permet uniquement la lecture de l’anglais et du latin. Il nepermet pas de prendre en compte les lettres accentuées présentes dansbon nombre de langues européennes, et à plus forte raison les systèmesnon alphabétiques (chinois, japonais, coréen, etc.). Ceci ne pose pasde problème majeur les premières années, tant que l’échange de fichiersélectroniques se limite essentiellement à l’Amérique du Nord. Desvariantes de l’ASCII (norme ISO-8859 ou ISO-Latin) prennent en compteles caractères accentués de quelques langues européennes. La variantepour le français est définie par la norme ISO 8859-1 (Latin-1). Mais lepassage de l’ASCII original à ses différentes extensions devient viteun véritable casse-tête, y compris au sein de l’Union européenne, lesproblèmes étant entre autres la multiplication des variantes, lacorruption des données dans les échanges informatiques ou encorel’incompatibilité des systèmes, les pages ne pouvant être affichées quedans une seule langue à la fois.

Avec le développement du web, l’échange des données s’internationalisede plus en plus. On ne peut plus se limiter à l’utilisation del’anglais et de quelques langues européennes, traduites par un systèmed’encodage datant des années 1960. Publié pour la première fois enjanvier 1991, l’Unicode est un système d'encodage universel sur 16 bitsspécifiant un nombre unique pour chaque caractère. Ce nombre estlisible quels que soient la plateforme, le logiciel et la langueutilisés. L’Unicode peut traiter 65.000 caractères uniques et prendreen compte tous les systèmes d’écriture de la planète.

L'ASCII garde toutefois une place prépondérante. Dénommé à juste titrele plus petit dénominateur commun, l’ASCII sur sept bits est le seulformat compatible avec 99% des machines et des logiciels, et pouvantêtre converti dans d’autres formats. Il sera toujours utilisé quandd’autres formats auront disparu, à commencer par les formats éphémèresliés à quelques tablettes de lecture commercialisées depuis 1999 etdéjà disparues du marché. Il est l’assurance que les documentssurvivront aux changements technologiques des prochaines décennies oumême des prochains siècles. Il n’existe pas d’autre standard aussilargement utilisé, y compris l’Unicode, ce jusqu'en 2008, date àlaquelle les deux systèmes d'encodage sont également représentés sur leweb.

1971: PROJET GUTENBERG

[Résumé]

Fondé par Michael Hart en juillet 1971 alors qu’il était étudiant àl’Université d’Illinois (Etats-Unis), le Projet Gutenberg a pour but dediffuser gratuitement par voie électronique le plus grand nombrepossible d’oeuvres du domaine public. Il est le premier sited’information sur un internet encore embryonnaire, qui débutevéritablement en 1974 et prend son essor en 1983. Vient ensuite le web(sous-ensemble de l’internet), opérationnel en 1991, puis le premiernavigateur, qui apparaît en novembre 1993. Lorsque l’utilisation du webse généralise, le Projet Gutenberg trouve un second souffle et unrayonnement international. Au fil des ans, des centaines d’oeuvres sontpatiemment numérisées en mode texte par des milliers de volontaires.D’abord essentiellement anglophones, les collections deviennent peu àpeu multilingues. Le Projet Gutenberg Europe débute en janvier 2004. LeProjet Gutenberg franchit la barre des 20.000 titres en décembre 2006et celle des 25.000 titres en avril 2008.

[En détail]

Si le livre imprimé a cinq siècles et demi, le livre numérique n'a pasencore 40 ans. Il est né avec le Projet Gutenberg, créé en juillet 1971par Michael Hart pour diffuser gratuitement sous forme électronique lesoeuvres littéraires du domaine public. Site pionnier à tous égards, leProjet Gutenberg est à la fois le premier site d’information sur unréseau encore embryonnaire et la

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 14
Comments (0)
reload, if the code cannot be seen
Free online library ideabooks.net