» » Dictionnaire érotique Latin-Français

Dictionnaire érotique Latin-Français

Dictionnaire érotique Latin-Français
Category:
Title: Dictionnaire érotique Latin-Français
Release Date: 2018-09-08
Type book: Text
Copyright Status: Public domain in the USA.
Date added: 27 March 2019
Count views: 44
Read book
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 21

DICTIONNAIRE
ROTIQUE
LATIN-FRANAIS

PAR
NICOLAS BLONDEAU
Avocat en Parlement, Censeur des livres et Inspecteur del'Imprimerie de Trvoux (XVIIe sicle)

dit pour la premire fois sur le Manuscrit originalavec des notes et additions de
FRANOIS NOL
Inspecteur gnral de l'Universit

Prcd d'un Essai sur la langue rotique
Par le Traducteur du Manuel d'rotologie de Forberg

[Marque d'imprimeur: SCIENTIA DUCE. IL.]

PARIS
ISIDORE LISEUX, DITEUR
Rue Bonaparte, no 25

1885

Tir
trois cent soixante-quinze exemplaires.

No 204

AVANT-PROPOS
DE L'DITEUR

Les Amateurs qui veulent bien suivre mes publications se rappellentsans doute les Adieux dont j'ai fait prcder laRaffaella, en Dcembre 1884: Le prsent volume,disais-je, est peut-tre le dernier de son genre que je mette aujour...; le prochain sera un gros ouvrage de Thologie.

J'tais sincre; j'avais dbut, en 1875, par une œuvreThologique, la Dmonialit, du P. Sinistrari: je voulaisfinir saintement, comme j'avais commenc.

Et j'ai tenu parole: j'ai donn, tout rcemment, une rimpression desDivinits gnratrices de Dulaure, croyant bien m'arrtersur cette œuvre pie.

Mais ne finit pas qui veut. Or, que faire quand la vie s'obstine etqu'on n'a pas de got pour le suicide? diter, diter sans cesse.Malheureusement, la matire se rarfie, et depuis que d'austrescenseurs, voyant un pril social dans des badinages potiques du XVIe sicle imprims cent cinquanteexemplaires, m'ont tran sur le banc des assassins, je suis devenufort timide. La Thologie elle-mme ne me rassure pas. Si j'essayais del'Enseignement? Certes, c'est une noble tche que de faonner l'espritde ses semblables, de les initier aux lgances de cette littraturequi, suivant l'expression d'Ovide, emollitmores, nec sinit esse feros. Et pouvais-je mieux choisir, pourinaugurer une nouvelle Bibliothque d'ducation, quel'Aloisia de Chorier, cette incomparable Civilitjuvnile, ce chef-d'œuvre Latin d'un Franais du grandsicle: un livre qui, si notre idiome devait jamais disparatre, luisurvivrait avec la langue immortelle dans laquelle il est crit?

J'ai donc publi une dition Latine de l'Aloisia, pluscorrecte, je puis l'affirmer, qu'aucune de ses devancires.

Voici maintenant un second ouvrage, un Dictionarium eroticum Latino-Gallicum, qui peut serattacher au prcdent. Il est aussi du grand sicle, et tout faitindit. Son auteur, Pierre-Nicolas Blondeau, n'est gures connu: dumoins les Biographies Michaud et Didot n'en font pas mention. Mais uneNote1 annexe au Manuscrit, de la main d'un de sespossesseurs, Hyacinthe-Thodore Baron, ancien doyen de la Facult deMdecine de Paris et bibliophile distingu, nous apprend que NicolasBlondeau tait avocat en Parlement, censeur des livres et inspecteur del'imprimerie tablie Trvoux, vers 1695, par le duc du Maine, etqu'on lui devait le Dictionnaire classique Franais-Latin, connu sousle nom de Boudot. D'aprs d'autres renseignements, cedictionnaire de Boudot n'tait que l'abrg d'un grand Dictionnairemanuscrit, en quatorze volumes in-4o, compos par NicolasBlondeau et qui n'a pas t imprim.

[1] Voir ci-aprs, p. XVII.

Baron tant mort, en 1787, sa volumineuse bibliothque, dont nous avonssous les yeux le Catalogue2 comprenant 6506 numros, futmise aux enchres, et notre Manuscrit,

No 4495. Petri-NicolaiBlondeau Dictionarium Eroticum Latino-Gallicum, pet.in-4o. Manuscrit, copie autographe mise au net,

adjug au prix de 34 livres 4 sous.

[2] Catalogue de la bibliothque de feu M.Baron, premier Mdecin des Camps et Armes du Roi en Italie et enAllemagne, ancien Doyen de la Facult de Mdecine de Paris.Paris, Ne de la Rochelle, 1788, in-8o.

Quel en fut l'acqureur immdiat? On l'ignore: mais, deux ans plustard, il tait prpar pour l'impression, revu, comment et augment,pour servir d'annexe un Recueil de Priapes Latines dont voici letitre projet, de l'criture du Commentateur:

CARMINA ITHYPHALLICA
vel
EROTICA LATINA

Quibus accedit Dictionarium Eroticum Latino-Gallicum,continens voces salaciores apud auctores optimaenotae reperiundas, cum eorum paraphrasi Gallica
Olim a Petro Nicolao Blondeau, advocato, confectum etin schedis manuscriptis relictum, nunc revisum etauctum

IN INSULA CYTHERAE
Typis Amoris
1790

On se proposait, en outre, d'en faire un tirage spar, avec ce titrespcial:

DICTIONNAIRE ROTIQUE
LATIN-FRANAIS

pour servir l'intelligence de quelques auteursde la belle Latinit, et de Supplment auDictionnaire dit de Boudot

A CYTHRE
De l'Imprimerie de l'Amour
L'an deuxime de la Libert

1791

Au verso d'un de ces titres sont de petites notes ou memoranda du Commentateur, indiquant les ouvragesqu'il devra consulter pour son dition des Carmina Ithyphallica ou Priapes Latines:

  • Priapeia.
  • Excerpta ex Anthologia Latina.
  • Excerpta ex Catullo, Tibullo, Propertio, Phaedro,Ovidio, Lucretio, Horatio, Martiale, Juvenale.
  • Pervigilium Veneris.
  • Ausonii Cupido cruci affixus; Cento nuptialis.
  • Ausonii Rosae idyllium.
  • Vrifier, dans Baudii Amores, les pices anciennes qui peuventme convenir.
  • Le Delectus Epigrammatum Latinorum diffre-t-il del'Anthologie de Burmann?
  • Pline le Jeune a crit quelques vers libres, dont il cherche s'excuser dans deux de ses Lettres. Voyez, au 7e livredes Eptres de Pline, sa lettre Pontius. Ausone enparle, mais ces posies se sont perdues.
  • Apule a crit quelques pigrammes libres, qui se sont perdues;il en parle dans sa premire Apologie de la Magie.
  • On dit qu'il a exist des Lettres de Cicron Cerellia, quirespirent tous les feux de l'amour.
  • Le pome d'Io, par Laevius, ancien pote Latin, s'est perdu;il avait aussi compos quelques livres sur l'Amour,nomms Erotopaegnia, dont Barthius a adopt le titrepour ses compositions du mme genre.
  • On trouve la fin du Meursius de Barbou des fragmentsde posies libres Latines; mais elles sont modernes.
  • Voir Poetae Latini minores.
  • Je ne prends aucun des vers qui font partie de la Satire dePtrone, pour ne pas dmembrer cet ouvrage, qui peut sejoindre un jour celui-ci.

Avec ces donnes, il tait facile de reconnatre, dans le Commentateuranonyme de notre Manuscrit, l'auteur du Recueil de Priapes publi Paris en 1798, sous le titre d'Erotopaegnion3:c'est--dire Franois Nol, professeur de belles-lettres avant laRvolution, et, de 1802 1841, date de sa mort, inspecteur gnral del'Universit. Et comme j'avais sous la main plusieurs des innombrablesautographes et compilations manuscrites laisss par Nol, l'identit del'criture n'tait pas moins facile constater.

[3] Erotopaegnion, sive Priapeia Veterum et Recentiorum,Veneri jocosae sacrum. LutetiaeParisiorum, Patris, 1798, pet. in-8o.

Jean-Franois Nol, n en 1755, mort en 1841, est assez connu: ilsuffira d'en dire ce qui se rattache plus directement notre sujet.Comme la plupart des jeunes gens qui, sous l'ancien Rgime, sedestinaient l'enseignement, il tait entr dans les Ordres, et iloccupait une chaire de professeur au collge Louis-le-Grand, lorsque laRvolution lui ouvrit une voie nouvelle. D'abord chef de bureau auMinistre des Relations extrieures, il obtint bientt des postesdiplomatiques, dbuta par une mission Londres en 1792, futsuccessivement ministre plnipotentiaire de la Rpublique La Haye et Venise (1793 1796); puis, rappel en France, devint membre de laCommission de l'Instruction publique, commissaire gnral de police Lyon (1800), prfet du Haut-Rhin (1801), enfin inspecteur gnral del'Instruction publique (1802), place qu'il conserva jusqu' sa mort.Ses ouvrages, tous relatifs l'Enseignement, tmoignent d'uneinfatigable fcondit: Leons de Littrature et de Morale,Franaises, Latines, Latines modernes, Anglaises, Italiennes, Grecques,Allemandes, consistant, pour chaque langue, en deux volumesin-8o; Leons Franaises de Philosophie et deMorale; Nouveau Dictionnaire des Inventions etDcouvertes; DictionariumLatino-Gallicum; Dictionnaire Franais-Latin;Philologie Franaise, ou Dictionnaire tymologique, critique,historique, anecdotique et littraire; Dictionnairehistorique des personnages de l'Antiquit; Dictionnaire dela Fable; Traduction de Catulle et Gallus;Abrg de la Grammaire Franaise (avec Chapsal), etc.

Mais ces travaux officiels ne suffisaient pas son activit. Humanistepassionn, de la vieille cole des Mnage et des La Monnoye, iloccupait ses loisirs d'incessantes recherches dans des livres rares:anciens conteurs Latins, Franais ou trangers, pigrammatistes,auteurs de facties, qu'il s'amusait copier par extraits ou mmein-extenso. Outre son Erotopaegnion, il fut aussi l'diteur anonyme desPoggii Facetiae parues la mmedate (1798). Toutefois, ces deux publications ne reprsentent qu'uneminime partie de ses compilations manuscrites, J'en possde, comme jel'ai dit plus haut, une notable quantit. C'est, 1o unvolumineux Recueil intitul: Erycinaridens, seu recentiorum Poetarum qui Latine cecinerunt Deliciaedeliciarum (Venetiae, 1795):Erycina ridens, en d'autres termes Venus jocosa, laquelle son Erotopaegnion est ddi; 2o LeMartial moderne, ou choix d'pigrammes tires des Potes Latinsmodernes, depuis la renaissance des lettres jusqu' nos jours;sur le titre, La Roche-Guyon, 1827: La Roche-Guyon est unvillage prs de Mantes (Seine-et-Oise), o Nol avait probablement sarsidence d't; 3o Le Perroquet, recueil depices en prose et en vers sur cet oiseau, en plusieurs parties:Latine, Franaise, Anglaise, Italienne, Orientale; comment expliquer,chez Nol, cet amour du perroquet, sinon par une sympathie delinguiste? 4o Basia variorum,libri IV; recueil des meilleurs Baisers de Jean Second etautres imitateurs modernes de Catulle; 5o enfin, Fabellae Milesiacae, ou Fabellarum Milesiacarum libri, tum erotica et jocosa, tumheroica et tragica continentes, e veteribus et recentioribusscriptoribus excerpti (Leropolis,1809); six gros volumes in-8o, dont le dernier porte la datede 1840: Nol avait alors quatre-vingt-cinq ans.

Il mourut, comme il a t dit, l'anne suivante, et sa bibliothque futaussitt vendue par adjudication, sauf les Manuscrits, qu'il avaitrservs pour son fils, Charles Nol. Le Catalogue de vente4, compos de 1555 numros, dont plusieursrunissaient jusqu' vingt ouvrages diffrents, prsentait, dans uneassez petite proportion, ce qu'on est convenu d'appeler des livresrotiques. Il fit scandale; la pudeur officielle en fut alarme, etcent soixante numros furent retirs par ordre. On peut lire, eneffet, sur un feuillet de garde de l'exemplaire conserv laBibliothque Nationale (Collection Jullien), les curieusesannotations suivantes:

Ce Catalogue est remarquable par le grand nombre de livreslicencieux qu'il contient...

Et, par ce triste motif, fort cher et fort recherch.

[4] Catalogue des livres composant labibliothque de feu M. Fr. Nol, ancien conseiller de l'Universit,inspecteur gnral des tudes, etc. Paris, Galliot, 1841,in-8o.

Puis, d'une autre criture:

Sur 1555 numros dont se compose ce singulier et unique Catalogue,160 ont t interdits comme contraires aux mœurs; on aurait pu entrouver davantage.

Le premier annotateur n'tait autre, probablement, que le dignecollectionneur Jullien: on sent le bibliophile tout aise de possder unarticle fort cher et fort recherch, quitte gmir sur le tristemotif de cette chert.

Quant la seconde note, rdige sans doute par un fonctionnaire de laBibliothque, elle est digne d'un de nos magistrats, svres gardiensde la morale publique. On aurait pu en trouver davantage!Voyons donc ce qu'il y avait de si effrayant dans ces cent soixantenumros retirs par ordre:

Pour ne rien dissimuler, oui, il y avait deux classiques du genreproscrit: l'Artin Franais et la Justine enquatre volumes; mais la grande majorit des autres numros, c'tait deslivres comme ceux-ci:

  • Le Systme de la Nature, par d'Holbach;
  • La Callipdie de Claude Quillet;
  • Le Balai; la Chandelle d'Arras;
  • Les quatre heures de la Toilette des Dames;
  • La Nuit et le Moment, par Crbillon fils;
  • Opus macaronicum Merlini Coccaii;
  • Les Bigarrures et Touches de Tabourot des Accords;
  • Œuvres de Tabarin;
  • Le Moyen de parvenir;
  • Aventures de Roquelaure;
  • L'Art de dsopiler la rate;
  • Mmoires pour servir la fte des Fous, par Du Tilliot;
  • Novelle dell' abbate Casti;
  • Trait des Eunuques, par Ancillon;
  • Collection d'ana: Scaligerana, Chevroeana, etc.

Voil les monstruosits qu'il tait dfendu un littrateur depossder, sous le rgne du bon roi Louis-Philippe.


Revenons, en terminant, au Manuscrit qui fait l'objet de cettepublication.

Nol y avait fondu ses notes et additions, voulant ne donner qu'un seultexte; mais les ides comme le style du prtre dfroqu de 1791n'taient pas sans disparate avec la manire de penser et d'crire duvieux Blondeau: aussi, ai-je prfr distinguer les deux auteurs, enrejetant au bas des pages ce qui appartient Nol. Quant au mrite et l'utilit de ce Dictionnaire spcial, je laisse plus comptent quemoi le soin de l'apprcier: je ne puis donc que renvoyer le lecteur l'Essai sur la langue rotique, travail original etapprofondi, qu'on trouvera ci-aprs et qui n'est pas la moindrecuriosit de ce volume.

Isidore Liseux.

Paris, 30 Avril 1885.

Dans la version lectronique, les entres de Franois Nol sontindentes en caractres plus petit.

NOTE
D'HYACINTHE-THODORE BARON
Premier Mdecin des Camps et des Armes du Roi,
Ancien Doyen de la Facult de Mdecine de Paris.

Un homme de lettres de la fin du dernier sicle5,composant un petit Dictionnaire6, quia eu la plus grande vogue, avait mis part les mots licencieux qui setrouvent dans les diffrents auteurs Latins. Son intention tait d'enfaire un petit Dictionnaire spar, en y joignant l'interprtationFranaise, et des priphrases pour expliquer la signification des motsde la manire la moins dshonnte qu'il serait

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 21
Comments (0)
Free online library ideabooks.net