De l'imprimé à Internet

De l'imprimé à Internet
Author: Lebert Marie
Title: De l'imprimé à Internet
Release Date: 2008-10-26
Type book: Text
Copyright Status: Copyrighted. Read the copyright notice inside this book for details.
Date added: 25 March 2019
Count views: 13
Read book
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 34

The Project Gutenberg EBook of De l'imprimé à Internet, by Marie Lebert

This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and withalmost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away orre-use it under the terms of the Project Gutenberg License includedwith this eBook or online at www.gutenberg.org

** This is a COPYRIGHTED Project Gutenberg eBook, Details Below **** Please follow the copyright guidelines in this file. **

Title: De l'imprimé à Internet

Author: Marie Lebert

Release Date: October 26, 2008 [EBook #27031]

Language: French

*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK DE L'IMPRIMÉ INTERNET ***

Produced by Al Haines

DE L'IMPRIME A INTERNET

MARIE LEBERT

Editions 00h00, Paris, 1999 & NEF, University of Toronto, 2001

Copyright © 1999 Marie Lebert

Comment le monde de l’imprimé accepte-t-il ce nouvel outil d’information et decommunication qu’est Internet? De quelle manière Internet prend-il en compte lesdifférents secteurs de l’imprimé? Une étude datée de mars 1999 et basée sur denombreux entretiens. Avec une version anglaise (différente): From the PrintMedia to the Internet. Les versions originales sont disponibles sur le NEF:http://www.etudes-francaises.net/entretiens/print.htm

TABLE

1. Présentation

2. Internet

3. Les cyberlibrairies

4. Les éditeurs sur le Web

5. La presse en ligne

6. Les bibliothèques sur le Web

7. Les cyberbibliothèques

8. Les catalogues en ligne

9. Perspectives

10. Glossaire

11. Sélection de documents imprimés

12. Sélection de sites web

13. Index des sites et pages web

14. Index des personnes citées

1. PRESENTATION

Si le monde de l'imprimé couvre plus de cinq siècles, celui d'Internet entameseulement sa cinquième année.

1994 est l'année qui marque les véritables débuts d'Internet à l'échellemondiale, avec une restructuration en profondeur des communications à l'échelonpersonnel et professionnel, et une restructuration des méthodes de travail àtous les niveaux. Si Internet existe en fait depuis 1969 en tant que réseau misen place par le Pentagone et si l'invention du World Wide Web, beaucoup plusrécente, date de 1989-90, Internet n'a véritablement "explosé" qu'à partir denovembre 1993, suite à la création de Mosaic, le premier logiciel de navigationet l'ancêtre de Netscape.

Le monde de l'imprimé et celui d'Internet sont-ils antagonistes oucomplémentaires? Quelle est leur influence l'un sur l'autre? Comment le monde del'imprimé accepte-t-il ce nouvel outil d'information et de communication qu'estInternet? De quelle manière Internet prend-il en compte cet outilmulticentenaire qu'est l'imprimé? Travaillent-ils de concert? Se font-ilsconcurrence? Quel est leur avenir commun? Le monde d'Internet va-t-ilcomplètement avaler l'univers de l'imprimé, ou l'imprimé va-t-il au contrairedomestiquer Internet en tant qu'outil de communication supplémentaire? Sanscompter toutes les interconnexions et transformations dont nous n'avons pasencore idée puisqu'on nous assure régulièrement qu'Internet est en train derévolutionner le monde au même titre que l'écriture ou l'imprimerie en d'autrestemps.

Par ailleurs, quelles sont les implications pour tous les professionnels del'imprimé: auteurs, bibliothécaires, éditeurs, imprimeurs, journalistes,libraires, traducteurs, etc.? Comment voient-ils la déferlante qui s'abat sureux et l'ouragan qu'amène dans leur vie professionnelle la conquête du monde del'imprimé par Internet? Telles sont les questions qui seront abordées dans lespages qui suivent.

De plus en plus d'ouvrages ont à la fois une édition électronique et une éditionpapier pouvant toutes deux être commandées en ligne. Les cyberbibliothèquespermettent de consulter de nombreux textes à l'écran. On a toujours loisird'acheter ensuite la version imprimée si on préfère lire cinq cents pages aucoin du feu plutôt que sur son ordinateur. Certains textes ou magazines ne sontdésormais disponibles qu'en version électronique, et les livres électroniquessont pour bientôt.

De plus en plus de journaux et magazines ont maintenant leur site sur lequel ontrouve le texte intégral ou des extraits du dernier numéro, les archives desnuméros précédents, des dossiers, etc. De plus en plus de catalogues debibliothèques sont consultables en ligne. Et pratiquement tous les sitesproposent des liens avec d'autres sites ayant les mêmes centres d'intérêt. Enbref, Internet est devenu indispensable pour se documenter, avoir accès auxdocuments et élargir ses connaissances.

On ne traitera pas ici des publications pour la jeunesse qui, ayant connu ungrand essor depuis les années soixante, forment un monde bien spécifique aussibien sur papier que sur Internet, et qui mériteraient une étude à part.

Après avoir situé Internet dans un contexte à la fois international, européen etfrancophone, on étudiera son interaction avec l'imprimé dans les domainessuivants: librairies, éditeurs, presse, bibliothèques, cyberbibliothèques etcatalogues. On incluera aussi les réponses des professionnels qui ont participéà une enquête menée en juin et juillet 1998. Cette enquête portait sur troisquestions: 1) Quel est l'historique de votre site web? 2) Dans quelle mesureInternet a-t-il changé votre vie professionnelle? 3) Comment voyez-vous votreavenir professionnel avec Internet?

On exposera ensuite les perspectives concernant la propriété intellectuelle etle droit du cyberespace, l'édition électronique, la convergence multimédia et lasociété de l'information.

L'univers du Web se développe et se transforme à une telle vitesse que certainesdes informations présentes dans ces pages risquent d'être rapidement obsolètes.Tant pis, ou plutôt tant mieux. Le monde d'Internet est rapide. Cela n'empêchepas un point de la situation à un moment donné, même si ce point devient trèsrapidement historique et passe dans les archives. Datant de mars 1999, cetteétude est la version actualisée d'une thèse de doctorat de l'Ecole pratique deshautes études (Université de la Sorbonne, Paris) soutenue en janvier 1999.

[Après avoir été documentaliste sous contrat dans plusieurs pays pour monter desservices documentaires et informatiser des catalogues, l'auteure participemaintenant à la préparation de publications (rédaction, traduction, correctionou indexation). Depuis 1996, elle travaille essentiellement pour le Bureauinternational du Travail (BIT, Genève). Passionnée par les langues, elles'intéresse également au multilinguisme sur le Web, objet d'une autre étude.]

2. INTERNET

[Dans ce chapitre:]

[2.1. Chiffres et éléments techniques / 2.2. Concepts de base / 2.3."Info-riches" et "info-pauvres" / 2.4. Internet francophone, anglophone etmultilingue]

2.1. Chiffres et éléments techniques

Depuis trois ans environ, Internet fait partie intégrante de notre viequotidienne. Fin 1997, le nombre des cybernautes était estimé à 100 millions,avec un million de nouveaux utilisateurs chaque mois. D'après le ComputerIndustry Almanach, document de référence sur l'évolution du cyberespace, lescybernautes seront plus de 300 millions en l'an 2000.

La France a été raccordée à Internet très exactement le 28 juillet 1988. Dix ansaprès, le nombre de cybernautes français est estimé à 3 millions. D'après leComputer Industry Almanach, il sera de 12,6 millions à la fin de l'an 2000.

Après avoir été un phénomène expérimental qui a enthousiasmé quelques"branchés", Internet a envahi le monde. Les signes cabalistiques des adressesInternet fleurissent sur les livres, les magazines, les affiches et lespublicités, sans parler de tous les produits qu'on achète au supermarché. Onnous promet bientôt Internet dans tous les foyers. On parle de mariage del'ordinateur et de la télévision avec écrans interchangeables ou intégrés, etd'accès à Internet par le même biais que la télévision câblée. Depuis le 1erjanvier 1998, pour un abonnement de 260 FF par mois tout compris, les Parisienspeuvent accéder au réseau Internet par leur prise de câble dans certainsarrondissements, et plusieurs villes de province (Annecy, Nice, Strasbourg,etc.) disposent des mêmes facilités depuis 1997.

Une autre preuve tangible de l'invasion d'Internet dans notre vie quotidienneest que sa majuscule tend petit à petit à s'estomper. Internet - qui étaitencore une planète à part voici peu de temps - est peu à peu remplacé parinternet, avec un "i" minuscule. Internet deviendra sans doute un nom commun, aumême titre que: téléphone, ordinateur ou télécopieur. En français, on écritaussi bien Internet, sans article, que l'Internet, avec article. Dans les pagesqui suivent, on a choisi d'utiliser la forme la plus répandue dans le grandpublic, à savoir Internet avec une majuscule et sans article.

En ce qui concerne le vocabulaire d'Internet, on a également choisi autant quepossible l'équivalent français d'un terme anglais quand celui-ci existe. Mais -que les défenseurs inconditionnels de la langue française nous pardonnent - onutilise aussi quelques termes résolument anglophones parce que tout simplementintraduisibles si on veut que le texte reste compréhensible. On a égalementtenté d'éviter le ridicule. Par exemple, CD-Rom reste CD-Rom - orthographeutilisée entre autres par Libération, Le Monde et Télérama - et non cédérom,comme le préconise l'Académie française. CD-Rom étant l'acronyme de "compactdisc-read only memory", il n'y a aucune raison de le franciser. De même, onparle par exemple de courrier électronique et non de Mél. (abrégé de: messagerieélectronique), un terme à l'orthographe résolument francophone, mais beaucoupmoins utilisé.

Les paragraphes qui suivent ne se veulent en aucune manière une présentationcomplète d'Internet. Les ouvrages abondent dans ce domaine, et on en trouveraune sélection dans la bibliographie. Le but est seulement de "situer" Internetpour une meilleure compréhension du sujet. De même, on utilise les termestechniques uniquement quand c'est indispensable, et ceux-ci sontsystématiquement expliqués dans le corps du texte et dans le glossaire. Etantassez critique à l'égard des informaticiens employant un language hermétiquecompris d'eux seuls alors qu'ils sont censés se faire comprendre du grandpublic, on a tenté d'éviter de tomber dans les mêmes travers.

Internet est défini comme un ensemble de réseaux commerciaux, réseaux publics,réseaux privés, réseaux d'enseignement, réseaux de services, etc., qui opèrent àl'échelle planétaire. De par ses facilités de connexion d'une part et de par sadiversité d'autre part, Internet offre d'énormes ressources en information et encommunication, et ces ressources augmentent régulièrement et de façonspectaculaire.

C'est le World Wide Web qui a rendu Internet très populaire et qui a permis sagigantesque progression. Directeur de l'Internet Activities Board (IAB),Christian Huitema explique que le World Wide Web "repose sur trois idéesprincipales, la navigation par 'hypertexte' [ensemble de liens permettantl'accès à d'autres documents], le support du multimédia, et l'intégration desservices préexistants."

Plus communément appelé Web, ou encore WWW ou W3, le World Wide Web a été créépar Tim Berners-Lee en 1989-1990 au CERN (Laboratoire européen pour la physiquedes particules) à Genève, et il a révolutionné la consultation d'Internet enpermettant la publication de documents au moyen du système hypertexte, à savoirun ensemble de liens hypertextes permettant de passer d'un document textuel ouvisuel à un autre au moyen d'un simple clic de souris. Devenue véritablementinteractive, l'information devenait soudain beaucoup plus attractive.

Le Web est donc très postérieur à Internet, réseau informatique globalconnectant gouvernements, sociétés, universités, etc., depuis bientôt trenteans. Et, même si, improprement, on les considère souvent comme synonymes, le Webn'est qu'un des aspects d'Internet, qui englobe plusieurs autres services:courrier électronique, forums de discussion, visioconférence, gopher, FTP (filetransfer protocol), IRC (Internet relay chat), Telnet (terminal networkprotocol), etc.

Le Web a logiquement bénéficié de l'infrastructure d'Internet, particulièrementaux Etats-Unis. C'est la raison pour laquelle ce pays a quelques longueursd'avance sur le reste du monde. On se plaint souvent de l'hégémonie américainealors que il s'agit surtout d'une avance technique. Comme on le verra plus loin,malgré tous les efforts des "dynosaures" politiques et commerciaux, il estdifficile à quelque pays ou à quelque communauté que ce soit de "mettre la main"sur le Web, c'est ce qui fait sa force.

Développé par le National Center for Supercomputing Applications (NSCA) àl'Université d'Illinois (USA) et distribué gratuitement à partir de novembre1993, Mosaic fut le premier navigateur sur le Web et il contribua grandement àson développement rapide. Début 1994, une partie de l'équipe de Mosaic émigradans la Netscape Communications Corporation pour commercialiser son logicielsous le nom de Nescape Navigator. A ce jour, il est le navigateur le plusutilisé au monde avec 70% du marché mondial.

En 1995, pour concurrencer Netscape Navigator, Microsoft créa Internet Explorer,distribué gratuitement dans le pack accompagnant Windows 95 - qui équipe 90% desordinateurs dans le monde - ce qui provoqua un véritable tollé. Les concurrentsde Microsoft accusaient la société de vouloir créer une situation dequasi-monopole, mettant ainsi en péril la libre concurrence alors qu'il existeune législation anti-trust dans le domaine de la haute technologie. Depuisplusieurs mois, les médias couvrent abondamment les démêlés de Bill Gates,patron de Microsoft, avec le ministère américain de la Justice sur lacommercialisation d'Internet Explorer avec ou sans Windows 98 - qui succède àWindows 95.

Chaque serveur web est accessible au moyen d'une adresse qui lui est propre,plus précisément appelée URL (uniform resource locator). De par leur complexité,un grand nombre d'adresses Internet sont difficiles à retenir, si bien

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 34
Comments (0)
reload, if the code cannot be seen
Free online library ideabooks.net